Toute l'information des acteurs de l'efficacité énergétique
Magazine CFP
Magazine L'installateur

Rénovation énergétique : la France peut mieux faire

26 NOVEMBRE 2020 - CFP

Un rapport commandé par le gouvernement au Haut conseil pour le climat et publié cette semaine fait état du « retard important » de la France en matière de rénovation énergétique des bâtiments. Prônant la massification, l’organisme fait une série de recommandations pour permettre à la France de rattraper son retard et d’atteindre ses objectifs de neutralité carbone à horizon 2050.

isolation

C’est le problème quand un gouvernement inscrit des objectifs dans la loi : il faut ensuite qu’il se donne les moyens de les atteindre s’il ne veut pas se faire épingler ! Le Haut conseil pour le climat vient de le faire sur la question de la rénovation énergétique des bâtiments, dans le cadre d’un rapport publié le 24 novembre. Celui-ci révèle notamment que les émissions du secteur du bâtiment baissent trop lentement par rapport aux objectifs de la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC). « Le rythme de réduction des émissions demeure plus de deux fois inférieur au rythme fixé par la SNBC, et le nombre de rénovations performantes stagne, avec un rythme de 0,2 % par an en moyenne », précise le rapport. Mauvaise élève, la France apparaît comme ayant les logements les moins performants par rapport à la Suède, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et l’Allemagne, les quatre pays étudiés dans le cadre de ce rapport. « La Commission européenne estime que le taux annuel de rénovation énergétique des bâtiments européens doit a minima doubler d'ici 2030, en portant une attention particulière sur les rénovations dites profondes, c’est-à-dire qui améliorent de façon significative l’efficacité énergétique du bâti, et en évitant des approches « par gestes », sans ré­flexion globale et cohérente », martèle également le rapport. Ainsi se dessinent les principales recommandations pour tenter d’améliorer les scores français : massifier et rénover global. Rien de nouveau sous le soleil, ces axes étant depuis longtemps défendus par les professionnels.

Suivre l’exemple de la Suède ?
Sur la question des aides et incitations financières, les auteurs du rapport tapent également sur les doigts du gouvernement : elles seraient insuffisantes selon eux pour atteindre le niveau BBC, comparant le montant maximal d’aides de 15 000 euros à celui pratique en Allemagne de 48 000 euros. Autre pays étudié de près : l’exemple de la Suède est mis en avant et la politique de la France invitée à le suivre… On lit ainsi que la Suède est le seul pays ayant réussi une décarbonation quasi-totale du secteur des bâtiments et que le succès de la décarbonation repose sur un effort massif de long terme axé sur trois piliers techniques : une bonne efficacité énergétique des bâtiments, en particulier via une construction neuve performante ; la décarbonation des vecteurs énergétiques pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire, via notamment le développement massif et continu des réseaux de chaleur en milieu urbain et péri-urbain ; et la décarbonation de l’énergie primaire (production d’électricité et de chaleur).
Pour ce faire, les montants investis doivent être augmentés, les préconisations du Haut conseil pour le climat. Si l’enveloppe du plan de relance va dans le bon sens (près de 7 milliards d’euros prévus pour la rénovation énergétique, lire ici), l’investissement annuel privé et public devra être doublé. Comment ? Les experts préconisent notamment de supprimer « taux réduit de TVA à 5,5 % pour les travaux de rénovation énergétique » afin de « réaffecter les crédits alloués au rehaussement du taux de subvention à la rénovation BBC » ou encore de mobiliser des obligations réglementaires et outils fiscaux.

Lire le rapport complet ici

Chaud Froid Performance

S'abonner à CFP

REAGISSEZ A CET ARTICLE (Pour commenter, vous devez vous inscrire)



LIBRAIRIE TECHNIQUE
Un catalogue unique de plus de 400 ouvrages et logiciels techniques.