Toute l'information des acteurs de l'efficacité énergétique
Magazine CFP
Magazine L'installateur

Teksial sort une charte pour les pro du bâtiment

17 JUIN 2021 - L'installateur

L’UMGCCP «adhère totalement» à cette charte d’engagement portant sur les travaux de rénovation énergétique. Teksial adresse par ailleurs 4 propositions aux pouvoirs publics visant à massifier la rénovation "multi-travaux".

teksial

La société Teksial accompagne particuliers, entreprises et collectivités locales dans leur projet de rénovation énergétique, étant à la fois délégataire CEE (Certificats d'économies d'énergie) et mandataire de l’Anah pour MaPrimeRénov. Elle vient de sortir une charte d’engagement pour les professionnels du bâtiment réalisant des travaux de rénovation énergétique. Cette charte est validée par l’UMGCCP (Union des métiers du génie climatique, de la couverture et de la plomberie). Elle pourrait devenir une charte professionnelle et a vocation à être portée par l’ensemble de la profession. «Cette charte est une première dans le domaine des CEE. Elle est associée à toute une série de contrôles. Il y aura obligatoirement entre 5 et 15 % des chantiers contrôlés sur site pour vérifier que les règles de l’art ont bien été respectées. Nous avons la volonté d’aller au-delà en faisant en plus des contrôles aléatoires. Les premiers chantiers réalisés par les artisans qui nous rejoignent seront aussi contrôlés», explique Jean-Dominique Masseron, directeur réglementaire chez Teksial. En revanche, les entreprises ne seront pas notées par leurs clients.

Voici un aperçu de cette charte de 5 pages, qui comprend des engagements sur 8 sujets :

  • L’administratif : être titulaire du label RGE, ne pas sous-traiter plus de 30 % de sa production, et uniquement avec des sous-traitants RGE...
  • La qualité : par exemple, intervenir sous 10 jours, si des non-conformités ont été révélées lors de contrôles, et fournir une preuve attestant la conformité du chantier.
  • En termes d’image : par exemple, pratiquer des tarifications justes, non abusives, dans la lignée des coûts observés dans la profession et ne pas assortir le coût de la main d’œuvre à la valeur financière des CEE.
  • Le conseil : avoir une approche pédagogique dans les échanges avec ses clients, sensibiliser et inciter les clients à réaliser une rénovation globale du bâtiment, conseiller ses clients sur les opérations complémentaires de rénovation énergétique qui sont envisageables pour aller plus loin dans la rénovation énergétique de leurs biens et ce même si l’artisan n’est pas labellisé RGE dans ce domaine…
  • La sécurité.
  •  la formation : se former et former ses collaborateurs aux matériaux biosourcés mais aussi à une bonne gestion des déchets de chantier ; se former et former ses collaborateurs aux dispositifs d’aides mis en place par Teksial et par le gouvernement afin de pouvoir informer ses clients, etc.
  • L’environnement : par exemple, trier les déchets de chantier pour rendre le recyclage possible et ainsi contribuer à leur seconde vie.
  •  L’éthique.

Favoriser la rénovation multi-travaux

Par ailleurs, Teksial adresse aux pouvoirs publics 4 propositions visant à éviter que de nombreux Français soient exclus de la rénovation "multi-travaux" : 

  • Relever les aides pour toutes les catégories de Français.
  • S’en tenir à une obligation de résultat (comme l’atteinte d’une classe énergétique ou un pourcentage d’économies d’énergie obtenues grâce aux travaux).
  • Ne pas imposer le nombre de postes de travaux à réaliser.
  • Délivrer les aides par étapes, en cours de travaux.

Ces propositions interviennent alors que le Sénat étudiera la semaine prochaine le titre «Se Loger» du projet de loi Climat et résilience. Celui-ci indique qu’une «rénovation performante» doit atteindre une classe énergétique C, ou à défaut porter sur 6 travaux. Or, d’après les calculs de Teksial, les rénovations comprenant 6 travaux sont très chères, trop chères pour de nombreux Français : 18 % d’entre eux ne disposent d’aucun budget pour leurs travaux de rénovation et 48 % de moins de 1000 euros, indique la société. D’après ses estimations, dans le cas d’une maison de 100 m2 classée F et habitée par 4 personnes, les 6 travaux (1) coûteraient 56 000 euros HT et permettraient d’atteindre une étiquette B (avec des économies d’énergies de 74 %). Le reste à charge serait de 40 500 euros HT pour une famille modeste, de 36 600 euros HT pour une famille intermédiaire et de 41 100 euros HT pour une famille aisée. On note que le reste à charge est particulièrement élevé pour la famille modeste (éligible à l’aide Habiter Mieux).

1)  isolation des murs ITE, des planchers bas, de la toiture, remplacement de fenêtres, installation VMC, installation d’une PAC.

REAGISSEZ A CET ARTICLE (Pour commenter, vous devez vous inscrire)



LIBRAIRIE TECHNIQUE
Un catalogue unique de plus de 400 ouvrages et logiciels techniques.