Toute l'information des acteurs de l'efficacité énergétique
Magazine CFP
Magazine L'installateur

Chaudières fioul : du nouveau sur l’interdiction

22 SEPTEMBRE 2021 - L'installateur

Il sera encore possible d’installer des chaudières au fioul neuves dans certains cas après l’application du futur décret, au 1er juillet 2022.

fioul

Le décret portant sur l’interdiction des chaudières fioul devrait être publié fin octobre. A partir du 1er juillet 2022, de façon générale, il ne sera plus possible d’installer une nouvelle chaudière au fioul émettant plus de 300 g de CO2 par kWh. Il y aura toutefois deux types de dérogations, a indiqué Alexandre Dozières, sous-directeur de l'efficacité énergétique et de la qualité de l'air à la DGEC lors de la conférence «Quel avenir pour le fioul domestique ? » organisée le 22 septembre par la FF3C et le journal Les Echos. «On pourra continuer à mettre une chaudière au fioul s’il y a impossibilité technique de mettre autre chose. Cela peut être dû à la configuration des locaux, lorsqu’il n’y pas d’espace extérieur pour l’unité extérieure de la pompe à chaleur ou la cuve à GPL. Cela peut être dû aussi à un problème de réseau : s’il n’y a pas de réseau de gaz, pas de réseau de chaleur, et si le réseau électrique est trop faible». Toutefois, en dehors de ces exceptions, Alexandre Dozières estime que l’on peut se passer du fioul pour le chauffage des maisons. L’objectif étant d’arriver à la quasi-disparation des 3,5 millions de chaudières fioul existantes dans les maisons d’ici dix ans. Et cela au rythme de 300 000 remplacements par an d’ici un ou deux ans.

«L’interdiction portera uniquement sur les nouvelles chaudières fioul, il sera toujours possible de réparer les anciennes», a précisé de son côté Eric Layly, président de la FF3C. Nous lancerons en juin 2022 un biofioul émettant 265 g de CO2 par kWh, donc sous le seuil fixé par le décret. On pourra transformer sa chaudière au fioul en changeant le brûleur et en nettoyant la cuve, pour passer au biofioul. C’est un investissement minime

Réaction de la Capeb

Pour Jean-Claude Rancurel, président de l’UNA Couverture -plomberie-chauffage de la Capeb, supprimer les chaudières fioul d’ici 10 ans va à l’encontre de l’objectif de diminution des émissions de gaz à effet de serre. «Si on met en place des pompes à chaleur à la place des chaudières fioul, il n’y aura pas assez d’électricité lors d’un pic de consommation en plein hiver. Donc on va employer des centrales thermiques et on va acheter à l’étranger de l’électricité produites avec du fioul et du charbon. C’est improductif, sachant que pour recevoir 1 kW dans les foyers, il faut produire 2,8 kW d’énergie primaire. Alors que quand on a une chaudière fioul chez soi, on fait du 1 pour 1.» L’installateur souligne aussi que dans bon nombre de cas, la chaudière fioul ne pourra pas être remplacée : par exemple parce qu’une pompe à chaleur n’est pas adaptée aux émetteurs existants, ou parce que la place manque pour l’installation d’un silo. Autre difficulté selon lui : l’entretien d’une pompe à chaleur coûte 30 % plus cher que celui d’une chaudière. Le remplacement d’une carte électronique (panne la plus fréquente) coûte entre 400 et 2000 euros. Certains ménages ne pourront pas l’assumer.

Pour Jean-Claude Rancurel, l’hybride, sous ses différentes formes (Pac hybride, chaudière fioul ou gaz avec chauffage solaire, Pac et granulés de bois…) devrait être mis en avant au cours des 20 prochaines années. Il générerait une réduction de gaz à effet de serre très significative: «Je ne comprends pas pourquoi on ne met pas plus d’aide au solaire thermique. On met une petite chaudière derrière qui marche au biofioul, et là, on est sur un système le plus économique et le plus écologique du moment».

Autre idée qu’il met en avant : il faut arrêter de jeter les chaudières fioul de moins de 10 ans pour les remplacer par une Pac. Mieux vaudrait faire de l’hybridation. Et pour cela accorder les aides pour l’achat d’une pompe à chaleur même lorsque le particulier conserve sa chaudière fioul de moins de dix ans.

REAGISSEZ A CET ARTICLE (Pour commenter, vous devez vous inscrire)
#1 roudier.thierry@orange.fr - 24/09/2021 à 07:34
Les décideurs ne sont pas les utilisateurs, ni les dépanneurs. La pollution il faut la traquer ailleur ! La solution dans le monde du chauffage ,, quand c est possible,c est l hybride et aussi la formation du technique sur le terrain. La plupart des installateurs et des dépanneurs , acteurs principaux de l écologie et de l économie des énergies ne font rien en ce sens. Un système de chauffage sans régulation est une abérration, une chaudière condensation sans sonde extérieure n est plus une condensation. Et l isolation, on en parle ?!!!...
Thierry