Toute l'information des acteurs de l'efficacité énergétique
Magazine CFP
Magazine L'installateur

Bâtiment : l’activité des artisans rebondit

15 OCTOBRE 2020 - L'installateur

L’activité de l’artisanat du bâtiment retrouve son niveau du 3e trimestre 2019, indique la Capeb

artisanat du batiment

Après avoir chuté de – 24 % au 2e trimestre 2020, l’activité de l’artisanat du bâtiment rebondit en volume de + 0,5 % entre le 3e trimestre 2020 et le 3e trimestre 2019 : «On revient quasiment à l’exercice 2019, c’est presque inespéré», déclare Jean-Christophe Repon, président de la Capeb. C’est la couverture-plomberie-chauffage qui affiche la reprise la plus importante, à + 1,5 %. Sur l’ensemble de l’année 2020, l’activité des entreprises artisanales devrait être en baisse de 9 ou 10 %. Ce qui devrait entraîner la perte de 2000 à 3000 emplois, des chiffres bien inférieurs aux prévisions antérieures de la Capeb. Pour 2021, la Confédération s’attend à une hausse comprise entre + 6 et + 8 %.

De manière inattendue, c’est la construction neuve qui tire la croissance, avec une hausse de + 1 % au 3e trimestre. Il s’agit probablement d’un rebond technique, dû à un rattrapage des autorisations de permis de construire. Le dernier trimestre devrait être moins dynamique : pour la première fois depuis cinq ans, les permis de construire sont passés sous la barre des 400 000 en juillet dernier.

Pour sa part, l’entretien/rénovation a retrouvé le même niveau qu’au 3e trimestre 2019. Les travaux de rénovation énergétique, qui représentent un gros tiers de ce marché, progressent même de 0,5 % au 3e trimestre.

Concernant les aides de l’Etat, 8 % des entreprises artisanales du bâtiment déclarent avoir bénéficié d’un prêt garanti par l’Etat (PGE) et 46 % du fonds de solidarité.

Les freins à la reprise

Dans cette période troublée, les entreprises artisanales du bâtiment préfèrent être en surrégime plutôt qu’embaucher. 68 % d’entre elles déclarent une capacité de production supérieure à 100 % en octobre. Par ailleurs, 50 % estiment n’avoir aucune difficulté pour leur reprise d’activité, 34 % regrettent un retard des chantiers, 16 % déplorent le refus des particuliers de poursuivre les chantiers et 12 % évoquent des problèmes d’approvisionnement. Jean-Christophe Repon pointe une autre difficulté : «J’ai peur que la mouture 2021 du RGE soit un frein pour les artisans et que le nombre d’entreprises RGE baisse. On vient ajouter de la difficulté en passant de 12 à 19 domaines de travaux et en multipliant les audits. Nous demandons de la simplification

ALERTE : les Journées professionnelles de la Construction, initialement prévues en avril puis repoussées fin octobre, n’auront finalement pas lieu cette année. Elles se tiendront les 29 et 30 juin 2021 au centre des congrès de Lyon.​

 

L'Installateur

REAGISSEZ A CET ARTICLE (Pour commenter, vous devez vous inscrire)